images13

Message aux usagers du vélo

La Coordination interministérielle pour le développement de l'usage du vélo (Ciduv) a mis en ligne trois publications à la fin de l'année dernière.
« Indemnité kilométrique vélo, les enjeux, les impacts »


Une étude réalisée à la demande de la ministre du développement durable et du ministre des transports a été rendue publique et présentée au Comité interministériel pour la qualité de l'air au mois de décembre 2012. Elle porte sur les modalités de la mise œuvre d'une participation des employeurs, sous la forme d'une indemnité kilométrique, aux frais de déplacements des salariés qui utilisent le vélo pour leur déplacements domicile-travail. La démarche permet d'évaluer l'impact de la mise en place d'une indemnité kilométrique suivant plusieurs scénarios.
Visualiser le rapport: Indemnités, enjeux, impact.


« Avantages sanitaires du vélo »
La Ciduv a conduit une étude sur les bénéfices de la pratique du vélo pour la santé reprenant la méthodologie de l'étude conduite par l'ARS d'Ile-de-France en 2012 et les résultats du programme européen TAPAS « Transport, Pollution de l'Air et Activité Physique » coordonné par l'Ademe pour la France. Elle confirme l'impact

positif de l'activité physique et la pratique du vélo en termes de mortalité, de morbidité, d'externalités environnementales et de bilan économique global.
Visualiser les rapport : Avantages sanitaires de la pratique du vélo.

 

Eco cycliste

Engagez vous en cliquant sur le lien Eco cyclo

Francois MAURIAC à dit :
Il ne sert de rien à l'homme de gagner la lune,
S'il vient à perdre la terre.

 

L'AMBROISIE

Comité parlementaire de suivi du risque Ambroisie.
Tout savoir de l'ambroisie
Qu'est-ce que l'ambroisie ?
Un peu d'histoire
L'ambroisie est arrivée sur le sol français au milieu du XIXe siècle. Probablement à la faveur d'une cargaison de graines de semences en provenance des Etats-Unis.
Avec la Première guerre mondiale, les besoins en chevaux sont tels que des animaux sont achetés en provenance des Amériques. Ceux-ci arrivent avec du fourrage contenant des semences d'ambroisie. Un phénomène aggravé par les troupes alliées qui ont amené leurs propres chevaux. Elle s'est d'abord répandue autour des habitations et le long des cours d'eau. Puis s'est étendue avec la mécanisation aussi bien dans le milieu rural, agricole, qu'urbain.


L'AMBROISIE
Une plante invasive
C'est une plante invasive qui s'installe sur les terres dénudées et inoccupées. Elle envahit surtout les plaines et les régions de basse altitude. Peu de sols lui résistent, la texture et la composition du sol n'ont pas d'impact sur son développement. L'ambroisie pousse très vite et présente une grande tolérance aux stress écologiques (sécheresse, salinité...). Les graines d'ambroisie peuvent rester viables plus de dix ans dans le sol, ce qui rend sa gestion complexe.
L'ambroisie est une plante annuelle, son cycle de la graine à la graine s'accomplit en une saison. Elle sort de terre selon les années, dès fin avril puis pousse assez lentement jusqu'en juillet. Les inflorescences se forment assez vite et viennent à maturité vers mi-août. En septembre, l'ambroisie atteint son pic pollinique. Le pollen, emporté par le vent est particulièrement allergisant. Sa pollinisation dure jusqu'en octobre. A cette période de l'année, les fleurs femelles fécondées donnent des graines. Ces graines mûrissent et tombent sur le sol. Celles-ci assureront les générations futures.
Le vent peut transporter le pollen d'ambroisie sur plus de 100 km.
La plante gagne du terrain
Actuellement, l'ambroisie progresse fortement dans différentes régions. Si le quart Sud-Est de la France est le plus touché avec notamment la vallée du Rhône, d'autres secteurs comme le Poitou Charente, les Pays de Loire, le Centre ou encore la Bourgogne commencent à être infestés. Les spécialistes s'accordent à dire que la plante a désormais envahi une zone allant de Bordeaux à Bucarest. La disparition de gels précoces au début de l'automne qui permettaient d'empêcher son extension lui permet désormais de s'étendre vers les régions plus au nord.
Présente en milieu ouvert
L'ambroisie se développe dans des milieux ouverts non enherbés comme les chantiers, les bords de chemin mais également dans les grandes cultures notamment dans les cultures de printemps comme les champs de tournesol. Les agriculteurs doivent ainsi faire face à la prolifération de l'ambroisie. Dans cette perspective, les producteurs, d'ores et déjà acteurs de la lutte anti-ambroisie, doivent continuer à être sensibilisés et soutenus dans leurs efforts pour toujours mieux lutter contre cette plante invasive.
L'ambroisie est unanimement reconnue comme un problème sanitaire, environnemental, agricole et d'aménagement du territoire Etude 2008 de l'Observatoire Régional de la Santé (ORS) menée auprès des conseils généraux de la Drôme, de l'Isère, du Rhône, de Savoie et des Chambres d'agriculture de la Drôme et de l'Isère
Si le pic de pollen d'ambroisie se situe en été et au début de l'automne, il convient de mener une lutte en amont, avant la floraison, et sur le long terme, car ses graines persistent plusieurs années dans les sols. Etude 2008 de l'Observatoire Régional de la Santé (ORS) menéeauprès des conseils généraux de la Drôme, de l'Isère, du Rhône, de Savoie et des Chambres d'agriculture de la Drôme et de l'Isère.


Vu sur le site du parc national des Ecrins: http://www.ecrins-parcnational.fr un article indiquant la présence de l'ambroisie en Valbonnais.

Ambroisie en Rhône-Alpes
Lutte contre l'ambroisie
Dépliant recto Ambroisie
Dépliant verso Ambroisie